DANS LA PRESSE

Northern Peeks – Le 1er mars 2012

UN MARIAGE MAGIQUE

Le seul nom de Outerbridge évoque les liens arachnéens qui nous attachent à d’autres dimensions, cette mosaïque éthérée dont fait partie l’art de la magie.

Ted Outerbridge, qui vit à Pointe-Claire, a trouvé sa toute première trousse de magie sous l’arbre de Noël à l’âge tendre de sept ans et, dès cet instant, l’immatérialité apparente de l’illusionnisme a occupé son esprit de façon obsédante. À douze ans, il a présenté son premier spectacle professionnel à la fête d’anniversaire d’un ami contre un cachet de 5,00 $.

«C’était un spectacle de quinze minutes, dit Ted Outerbridge. J’étais à la fois enthousiaste et terrifié. Le premier truc consistait à faire disparaître un mouchoir pour le faire réapparaître cinq minutes plus tard, dépassant de l’arrière de ma veste. Mes camarades ont trouvé ça épatant. Ensuite, les trucs allaient crescendo jusqu’au finale spectaculaire où je transformais du sucre en Smarties. C’est infaillible : les gamins adorent ça quand des bonbons apparaissent à la fin du spectacle.»

Inspiré par son idole de l’époque, le magicien montréalais Magic Tom, Ted Outerbridge est devenu un habitué des bibliothèques et d’un véritable paradis de l’illusion, la boutique Morrissey Magic. À seize ans, il y a décroché un emploi. Il dévorait des livres de magie dans l’arrière-boutique et côtoyait les clients illusionnistes en s’efforçant de mériter leur confiance et de partager leurs secrets.

Ted Outerbridge se souvient : «J’ai su très tôt que je ferais beaucoup plus que de simples tours de passe-passe et d’adresse. Je voulais que les spectateurs aient la chair de poule. Je voulais réaliser des illusions qui avaient un sens pour moi. Je voulais émouvoir les gens.»

Depuis treize ans, le couple Ted et Marion Outerbridge parcourt le monde et présente des spectacles dont le thème est toujours associé au Temps. Le spectacle de cette saison, La Tournée de la Chrono-Capsule, s’ouvre sur Marion dans le rôle d’une cambrioleuse qui s’introduit par effraction dans le Musée du temps où elle vole un sablier dans lequel elle disparaît. Ted tente de la capturer, mais c’est en vain : nul ne peut arrêter la disparition du temps. Ainsi, les scènes subséquentes, qui se déroulent à un rythme enlevé, nous invitent à saluer chaque instant qui passe. «Le temps est un problème pour tout le monde, dit Marion. Dans la vie, nous n’en avons jamais assez. C’est pourquoi nous rassemblons les gens pour le glorifier en famille.»

Dans un des numéros, Ted effectue un voyage dans le temps en disparaissant dans un gigantesque réveille-matin haut de plus de deux mètres. L’un des points saillants les plus extraordinaires et les plus inquiétants de la soirée a lieu lorsque Ted, dans la peau d’un chamane et guérisseur du Moyen Âge, enfonce des sabres dans un panier où se trouve Marion. Vers la fin du spectacle, Ted est prisonnier d’une camisole de force et enfermé dans une caisse. Dans ce qui symbolise une course contre la montre, il dispose de 90 secondes pour s’évader. Il réapparaît soudain, au beau milieu du public, brandissant le sablier qu’avait volé Marion un peu plus tôt.

Dans un autre segment hautement symbolique inspiré de la chanson de Bruce Springsteen, 57 Channels and Nothing on, Marion est avalée par un téléviseur. Marion Outerbridge est une danseuse et chorégraphe accomplie. Elle se remémore sa première rencontre avec Ted : «Je rentrais tout juste d’Europe où j’avais chorégraphié un ballet pour un théâtre national quand une amie m’a appris qu’un illusionniste de sa connaissance cherchait à recruter une danseuse pour l’assister dans son spectacle. L’idée de poser ma candidature m’a paru excellente, car je pouvais ainsi continuer à enseigner la danse au Collège français de Montréal tout en me produisant sur scène. Mais Ted a dit qu’il fallait que j’entre dans le téléviseur! C’était hilarant! J’avais travaillé pour de très grandes compagnies européennes, et jamais on n’avait exigé de moi que j’entre dans un téléviseur! Alors, j’ai dit oui, d’accord. Je suis entrée dans le téléviseur, et j’y suis restée coincée! Heureusement, j’ai fini par trouver la solution.»

En Allemagne, Marion avait travaillé auprès d’un illusionniste qui mettait aussi en scène des tigres et des lions. Elle fut soulagée d’apprendre que le seul animal du spectacle de Ted était une vraie coqueluche des médias, Zelda, la poulette métapsychique — ainsi nommée en raison de sa remarquable aptitude à pondre un œuf de la couleur qu’avait imaginée une personne du public. À Fredericton, le numéro où Zelda était éjectée d’un canon pour réapparaître peu après avait tant soulevé l’enthousiasme de la presse que Zelda avait fait la une des journaux The Gleaner, The Telegraph et National Post.

Mais en raison des formalités administratives liées au transport transfrontalier d’une volaille, il a fallu remplacer la poule Zelda par une oie en peluche baptisée Greta, qui lit les pensées des gens et les transcrit au moyen d’un stylo-feutre qu’elle tient dans son bec.

La toute dernière idée de Ted est la chrono-capsule. Une boîte cadenassée, en métal, est expédiée plusieurs semaines à l’avance dans chaque collectivité où les Outerbridge se produiront. Cette capsule, exposée dans le foyer du théâtre jusqu’au soir du spectacle, génère beaucoup de curiosité et d’attente. Le moment venu, un ballon de plage est lancé dans la salle. Le spectateur qui s’en empare nomme un chanteur ou un groupe; le ballon est lancé à nouveau et, cette fois, la personne qui l’attrape choisit une activité; les artistes demandent ensuite à quelqu’un de dessiner une image propre à la ville où ils se trouvent. Une personne de la salle ouvre alors la capsule et en tire un pot de verre à l’intérieur duquel se trouve une feuille de papier gigantesque. Lorsqu’on la déroule, on peut y voir les deux prédictions des spectateurs et le dessin.

Reconnus pour la très grande qualité de leurs prestations au Canada, Ted et Marion Outerbridge se sont vu décerner le Prix d’excellence 2011 de Ontario Contact, un réseau de diffusion des arts de la scène. En 2010, en Colombie-Britannique, ils avaient mérité le prix «Touring Artist of the Year», décerné par le BC Touring Council.

Lorsque les Outerbridge ont monté le premier spectacle de 90 minutes de leur carrière, les directeurs de théâtre ne s’intéressaient pas à l’illusionnisme. Les magiciens devaient louer une salle et se produire sans intermédiaire. C’est ainsi que Ted et Marion ont choisi de présenter des spectacles de financement au profit des établissements scolaires en fournissant tout l’indispensable matériel de promotion.

La nouvelle du succès de Ted et Marion au prestigieux Playhouse de Fredericton dans le cadre d’un de ces événements caritatifs s’étant répandue comme une traînée de poudre, de nombreuses salles des provinces de l’Atlantique ont acheté leur spectacle. Ted s’occupe à ce jour de la mise en marché, mais la gestion des engagements a été confiée à Cameron Smillie, un agent d’affaires, ainsi qu’à l’agence artistique Pierre Gravel International, chargée plus particulièrement de la négociation des contrats.

«Marion et moi travaillons depuis plusieurs années à renforcer nos liens avec les directeurs de salles à travers le Canada, dit Ted Outerbridge. Nous participons aussi régulièrement à des congrès. Les théâtres sont plus disposés qu’auparavant à accueillir des spectacles de magie. Le premier grand spectacle d’illusionnisme sur scène présenté au Nouveau-Brunswick a été le nôtre.»

La danse enrichit leurs prestations, dit Marion, qui fait régulièrement appel à des chorégraphes indépendants afin de marier le style très personnel de ces derniers aux différents éléments du spectacle. «C’est en s’entourant de gens très doués que l’on parvient à évoluer», dit-elle. Un graphiste de Disney réalise les affiches et le matériel publicitaire est également confié à des professionnels. Ted et Marion sont toujours à l’écoute des commentaires des gens : ils les sollicitent, les retiennent et en tirent des enseignements.

Dans un but d’originalité et d’authenticité, Ted fabrique les accessoires et Marion dessine les costumes. L’équipe de tournée se compose de cinq personnes : Ted et Marion; Brad, concepteur d’éclairages; Ethan, technicien d’illusion; et Gerry, régisseur de plateau. Leur remorque de 8 mètres transporte près de 4 tonnes d’équipement.

Lui demande-t-on pourquoi l’illusionnisme attire autant les gens, Ted répond : «Le public recherche l’émerveillement et l’évasion. Les grands illusionnistes sont des artistes capables de faire rire et pleurer. Je souhaite depuis toujours que nos prestations soient profondément senties et qu’elles sachent émouvoir les spectateurs aux larmes. Nous gagnons ce pari, c’est certain.»

La vie, explique Ted, est un fil continu, avec un début et une fin, un fil dont la partie la plus importante est ce qui se trouve entre ces deux extrémités. Imaginons maintenant ce même fil, mais coupé en petits segments. Chaque segment correspond à un instant de vie. Reliés les uns aux autres au fur et à mesure, ces instants en viennent à former le fil continu de notre existence.

L’aspect le plus magique de la vie de Ted et Marion est leur mariage. «Nous aimons être ensemble, dit Marion. Quand nous sommes séparés, il me manque et je lui manque. C’est pourquoi nous adorons faire des tournées à deux. Voir du pays sans devoir compter sur le téléphone pour ne pas se sentir seul, c’est merveilleux.»

La responsabilité de Ted envers le public qui paie sa place est manifeste. Il croit à la nécessité de livrer un spectacle de calibre international. La mise en marché est également très importante: «Nos astuces publicitaires sont absolument farfelues. Nous lévitons devant les portes du théâtre pour le bénéfice des médias; nous faisons de la magie à la télé; nous présentons des exposés dans les écoles; nous avons déjà vendu 600 billets en une seule journée en faisant des tours de passe-passe à la radio de la CBC et en décrochant la une des journaux locaux de Charlottetown. À Toronto, nous avons appelé The Sun et dit : «Regardez dehors : nous sommes là et nous flottons.» Un jour, nous avons fait léviter en ondes un journaliste de la CBC qui s’était pointé avec son équipe. Après cinq transmissions en direct, nous faisions salle comble.»

Il faut de deux à trois ans pour mettre parfaitement au point un numéro d’illusionnisme. Selon Ted, un tel investissement de temps et d’argent exige que l’on fasse preuve de beaucoup d’originalité. «Il faut avoir le courage d’essayer des trucs qui risquent de ne pas fonctionner du tout pour avoir au bout du compte la satisfaction de monter un numéro tout à fait unique.» Marion a mis pas moins de quatre ans à parfaire un époustouflant changement de costume ultra-rapide: vêtue d’une robe noire, elle passe derrière Ted et émerge aussitôt, cette fois vêtue de rose. Les spectateurs en restent bouche bée.

«L’important pour nous, dit Marion, est que les spectateurs sachent que nous nous amusons beaucoup. Nous leur offrons ce spectacle du fond du cœur, nous le partageons avec eux, et nous aimons les recevoir en coulisse quand le rideau tombe.»

On trouve de plus amples renseignements sur ce spectacle de calibre international à l’adresse et au numéro de téléphone suivants: www.tedouterbridge.com — 877-OUTERBRIDGE.

©NORTHERN PEEKS par Victor Schukov


CRITIQUES

«Un maître de l'illusion»
Le Téléjournal Saskatchewan Radio Canada
«champion de la magie»
Bergedorfer Zeitung, Allemagne
«Outerbridge est hors de l'ordinaire!»
Mid-Ocean News, Bermudes
«Des illusions rafraîchissantes dans leur originalité!»
John Lawrence, Princess Cruises
«Il est évident que derrière les illusions qu'il met en scène se cachent des années d'entraînement!»
Le Devoir, Montréal
«À ne pas manquer!»
Telegraph Journal, Nouveau-Brunswick
«L'auditoire était complètement captivé!»
Examiner, Sudbury
«Le plus brillant magicien au Canada»
The Gazette, Montréal
«Un spectacle réjouissant pour toute la famille»
The Royal Gazette, Bermudes
«Stupéfiant!»
Fort McMurray Today
«Un fabuleux divertissement»
The Lloydminster Source
«Un spectacle visuellement époustouflant»
The Barrie Advance
«Outerbridge : un maître illusionniste!»
Take 1, CFCF 12 TV, Montréal
«Outerbridge est tout simplement prodigieux!»
Mid-Ocean News, Bermudes
«Des effets d'illusion hallucinants!»
The Daily Gleaner, Fredericton
«Outerbridge est un magicien exceptionnel. Ses dons de comédien et ses effets d'illusion d'une précision millimétrique sont proprement envoûtants.»
The Hudson Record
«Sensationnel! Nous avons adoré ce spectacle!»
Bob Johnstone, 97.3, The Eagle, Courtenay, C.-B.
«Nous avons assisté à un spectacle extraordinaire. Magnifique.»
Al Dubois, CFCF 12 TV, Montréal
«L'auditoire était complètement captivé!»
Examiner, Sudbury